La vie d'une Quiche

Le cycle des saisons

C’est dingue, en fait, peu importe le temps qui passe, peu importe que tout aille bien dans ma vie, l’arrivée de l’hiver signifie obligatoirement une petite baisse de moral chez moi. J’ai eu froid aux mains en rentrant de chez Gwen et me voilà à me reco sur LoL et compagnie en étant désespérée de voir que j’ai coupé les ponts avec tout le monde… Pas en le voulant, mais à force d’avoir la flemme de parler aux gens, de me déco à chaque fois parce que je me sentais pas d’humeur à leur parler et bah ils ont continué leur vie sans moi et maintenant, j’aurais tout aussi bien pu disparaître de la circulation que ça ne changerait rien…

Et le pire dans tout ça, c’est que je ne peux même pas les blâmer. Je suis juste l’amie la plus minable du monde. La connaissance la plus minable même. Pourtant, je suis pas méchante, bien au contraire (enfin, je crois). Je suis même plutôt serviable. Mais voilà, j’ai une flemme inimaginable et donc même écrire sur mon clavier pour prendre des nouvelles des gens c’est un effort insurmontable d’après moi. Et ça me saoule parce qu’en hiver c’est toujours le moment où j’ai le plus envie de parler à des gens mais comme je les ai négligé tout l’été et tout l’automne, bah, ils m’en veulent. Ils me pardonnent au milieu de l’hiver, au printemps tout va bien et dès que vient l’été, je rezappe tout le monde par flemme.

Et aussi parce qu’en été j’ai une libido explosive alors je ne peux que m’intéresser à Gwen… Mais c’est quand même pas cool pour les autres -et pour moi en hiver...-.

Bref, le temps passe, mais rien ne change jamais vraiment.

J’aime pas l’hiver. J’aime pas le fait que les gens ne soient pas comme moi. Moi je suis toujours contente quand les gens viennent me reparler, même si ça faisait des années que je n’avais pas de nouvelles. Mais non, les gens, eux, ils préfèrent m’en vouloir pour faire la morte la moitié de l’année… Je comprends pas…

C’est nul l’humanité. Mes chiens sont toujours contents de me voir eux… Même mes chats sont contents. Les humains font chier.