La vie d'une Quiche

Ok. On souffle et on reprend

C’est marrant, des fois, des séries peuvent te faire réaliser des trucs sur toi. Et c’est sympa quand ça arrive. Même si c’est un peu stupide parfois…

J’ai maté "This is us". En une journée. Ca faisait longtemps que j’avais pas regardé une série aussi vite. Mais celle-là est particulièrement belle et a fait écho avec ce que je ressentais comme jamais. Et j’ai compris une chose : tout n’est pas toujours rose, mais c’est pas pour ça qu’il faut tout balancer et fuir. Parce qu’on n’a que sa vision à soi. On voit les efforts qu’on fait, mais ceux des autres sont souvent moins flagrants. J’ai souvent l’impression de faire plus que les autres, mais la vérité c’est que je ne prends probablement pas assez de recul.

C’est vrai que Gwen n’est pas facile à vivre des fois, mais il faut un peu resituer le contexte. Il a quitté sa famille et ses amis tout ça pour aller dans une ville où il ne connaît personne en dehors de moi. Premier choc. Je ne suis pas du tout "cool" au niveau de la cigarette alors pour éviter que je me mure dans mon silence, il essaie d’arrêter alors que mentalement, c’est pas tout à fait ça. Deuxième choc. Il trouve un boulot, mais démissionne au bout de deux semaines parce qu’il est en manque et qu’un rien l’agace (et déjà qu’en temps normal il réagit au quart de tour...). Troisième choc. Alors il se retrouve au chômage, seul à la maison toute la journée avec un chat dont il ne voulait pas. Quatrième choc. Et comme je disais, mentalement, il est plutôt du genre hypersensible alors il ressasse tout ça en permanence ce qui l’empêche d’avancer et le plonge dans un vieux cercle vicieux.

Et moi, en rentrant du boulot, je ne veux pas me prendre la tête alors j’évite tous les sujets qui fâchent, j’esquive en permanence les tensions et deviens absolument silencieuse quand il commence à vouloir s’énerver. Parce que moi-même, je ne suis pas suffisamment forte pour servir de punching ball (verbal hein, jamais il ne lèverait la main sur moi). Et du coup, comme il a besoin d’extérioriser un peu, la moindre petite contrariété est sujet de tension et ça met une ambiance pourrie.

Bref, je me rends compte maintenant que ça ne doit pas être facile pour lui. Et que, puisqu’on est un peu pareil, il préfère ne rien faire plutôt que de tenter et de se prendre des refus. On n’aime tous les deux pas se prendre des râteaux. On préfère ne rien faire plutôt que de risquer de se prendre une claque. Le problème, c’est que ne rien faire n’arrange rien. Et tout empire petit à petit. Du coup, je suppose que c’est à moi de l’aider à se motiver. Le problème, c’est qu’il faut réussir à le faire sans avoir l’impression de lui donner des ordres. Parce que si je ne dis rien, c’est comme si je m’en foutais non ?

Donc c’est bon, je descends de mes grands chevaux et j’essaye de le laisser aller à son rythme. Enfin, pas trop quand même… Faut pas déconner. Je veux bien être sympa, mais j’ai mes limites aussi… J’aimerai bien pouvoir mettre plus d’argent sur mon PEL moi… Être locataire ça va un moment, mais faut pas que ça dure de trop, et à ce rythme, on n’est pas prêt d’acheter une maison…

Sinon, rien à voir, mais ça va faire un mois (bon, trois semaines) que je vais au boulot tous les jours à vélo. Bon, ça ne fait que 8km par jour, mais c’est franchement kiffant. Non seulement je suis plus rapide, mais ça me fait faire un peu de sport et en plus je kiffe bien. Faudrait que Gwen répare son vélo pour qu’on puisse faire des balades tous les deux. On pourrait aussi aller pique-niquer de temps à autres. Ca pourrait être sympa.

C’est bon, fini la phase "le célibat me manque", en vrai, je sais pertinemment que j’aurais du mal à me passer de Gwen. C’est ma drogue raisonnable et pas trop nocive à moi.