La vie d'une Quiche

Partagée.

Je suis sûre de deux choses. Premièrement, je l’aime. Deuxièmement, je ne suis pas heureuse.

Il n’est pas totalement en cause pour le deuxième point. Même pas majoritairement. C’est juste que je me rends compte que je ne pourrais pas compter sur lui pour me faire avancer. Pour me surpasser. Il est plus comme un canapé dans lequel je peux me reposer. Dans lequel je peux me sentir en confiance et acceptée telle que je suis. Il ne me juge pas. Du moins il ne m’en donne pas l’impression.

Alors que moi je suis constamment dans le jugement. Il ne répond pas exactement à ce que je voudrais et mon obsession latente du contrôle ne l’accepte pas. Dans l’idéal, je voudrais qu’il ne fume pas. Qu’il me motive à faire du sport. Qu’il arrête de passer ses nerfs sur notre pauvre chat. Qu’il aime partir en vacances. Qu’il aime sortir un peu de temps en temps. Qu’il aime le même jeu vidéo que moi. Qu’il aime aller au cinéma. Qu’il arrive à se motiver sans que je devienne insistante. Et puis c’est globalement tout.

En vrai, le problème, je pense que c’est que je n’ai que lui. Bon, ce n’est pas vrai. J’ai ma famille, quelques amis sur lesquels je peux compter et Bouh. Et peut-être que tout ce que je ne fais pas avec lui, je peux le faire avec d’autres… J’ai déjà testé pour les vacances et c’est vrai que j’aime bien. Ça me donne l’occasion de profiter, de faire ce que j’ai envie de faire sans me demander s’il se fait chier ou pas. S’il a trop chaud. S’il est fatigué. Parce que je sais qu’il n’aime pas faire des trucs. Et du coup je me mets probablement la pression toute seule. Au moins, quand il n’est pas là, je ne me pose pas toutes ces questions.

Pour ce qui est de fumer ou du chat, c’est une autre histoire. Parce que ça, personne d’autre ne peut le faire pour lui. Comme la motivation. Chercher du boulot, je ne peux que l’accompagner. Pas tout faire à sa place. Ce n’est pas à moi de surveiller les offres d’emploi et lui dire de postuler. Lui il a toute la journée pour le faire. Moi la journée, je bosse. Mais je crois que ça il a fini par le comprendre. Tant mieux parce que je commençais à en avoir marre de me prendre des réflexions à chaque fois que je lui demandais comment ça avançait… N’empêche que son nouveau pc, c’est moi qui l’ait payé. Comme le nouvel écran. Comme le loyer depuis Plu d’un an. Comme l’électricité. Comme les courses. Comme ses cotisations pour sa "micro entreprise" ... Bref, quasiment tout quoi. Alors quand je vois qu’il me parle de crédit pour une maison et tout, je me dis qu’il faut peut-être se calmer un peu… Je ne suis pas contre, mais pas tant que je suis la seule à bosser… Faut pas déconner non plus. Je veux bien être gentille, mais j’ai mes limites.

Mais après il peut aussi être génial quand il veut. Par exemple, ce soir je suis rentrée, la vaisselle était faite, il est allé faire les courses, on a fait la cuisine ensemble, on a fait l’amour et on a longuement parlé de tout et de rien après. Il m’a parlé de comment il se sentait en ce moment et ça m’a fait du bien parce que des fois, je me dis qu’il reste avec moi parce qu’il n’a pas vraiment autre part où aller. Parce que c’est vrai que des fois j’ai vraiment l’impression de le faire chier. Et je me dis qu’il ne sait pas la chance qu’il a parce que contrairement à ce qu’il pense, il n’est pas un choix par défaut. Je l’ai consciemment choisi parmi d’autres… Et j’avais quand même dû choix…

En vrai, je crois que je me sens mal en premier lieu parce que je ne me sens vraiment pas bien dans mon corps. Depuis qu’on vit ensemble j’ai pris du poids, et déjà que j’étais pas mince, bah ça m’aide pas pour me sentir bien… Je fais 1m78 pour 78kg donc je ne suis pas obèse, mais je suis en surpoids. Et ça me tue. Parce que j’ai beau me sentir mal, je n’arrive jamais à tenir mes décisions. Au bout de deux mois maximum je craque et je retombe dans mes excès. Il faudrait que je fasse du sport et que je mange moins. Surtout le deuxième point. Et c’est là que j’aimerai que le Chéri m’aide, mais niveau motivation, il est pire que moi… Du coup, peut-être faudrait-il que je me trouve un partenaire de sport… Mais j’ai personne en tête. Pourquoi je ne peux juste pas avoir de déclic ? Je suis sûre qu’avec Hide et Unam dans le coin, je pourrai beaucoup plus me motiver à faire des trucs… Plus tard, faudrait que j’essaie de me rapprocher d’eux. En plus, ils ont un vrai potentiel d’amitié… À creuser.

Je vais un peu mieux qu’hier. Cette soirée a beaucoup aidé il faut dire. Mais je me dis quand même que j’ai probablement fait une erreur au tout début. J’aimerai bien pouvoir voir à quoi ressemblerait ma vie si j’avais fait un autre choix. Peut-être que j’en serai au même point finalement… Qui sait.