La vie d'une Quiche

Archives.

J’ai réussi à réunir la plupart de ce que j’ai pu écrire sur mon blog entre 2008 et 2012 et c’était plutôt cool de pouvoir "retrouver" des choses que j’avais pu écrire quand j’avais l’âge de Yohann. Ça m’a permis de vraiment me replonger dans cette époque et de me souvenir de ce que ça fait d’avoir 17 ans. De commencer à apercevoir ce qu’est l’âge adulte tout en étant considéré comme un gosse. D’avoir envie d’être plus libre tout en étant effrayé de cette même liberté et de tout ce qu’elle signifie.

Je crois vraiment que de 13 ans à 17 ans, j’ai galéré. Mentalement parlant. Je me haïssais. Autant physiquement que mentalement, bien que mentalement, j’éprouvais un certain respect pour moi-même. Pour ces pensées qui m’impressionnais quelque part, même si maintenant, je sais que finalement, on se pose tous exactement les mêmes questions et on pense tous être les seuls à se poser alors qu’en réalité, ce n’est absolument pas le cas. Quoique, j’ai pu remarquer en me lisant que je savais quelque part que tout le monde pensait comme moi, j’avais juste l’impression que moi, ça me bousillait bien plus que les autres. En réalité, c’est juste que nous sommes tous plus ou moins de bons acteurs et qu’au final, on n’est pas dans la tête des autres pour savoir à quoi il pense.

Je trouve ça triste quand même d’être à ce point semblable, moi qui ai toujours cherché la différence… Être comme les autres, c’est bon pour les moutons. Personnellement, je sais que je suis un mouton. Sauf que je suis un mouton qui a conscience de ce qu’il est et qui fait tout pour se différencier en ne mangeant pas la même nourriture que les autres, en essayant le plus possible de ne pas suivre le même chemin et qui essaye plus que tout d’avoir une couleur de laine différente de celle du reste du troupeau. On n’échappe pas à ce qu’on est, mais on peut tout faire pour être vraiment soit.