La vie d'une Quiche

Portugal

Finalement je suis allée en vacances avec Bouh et sa soeur au Portugal. Il n’y avait pas la mienne de soeur, mais c’était cool quand même. Un peu moins bien quand on a quitté la mer pour rejoindre un coin paumé de Lisbonne, mais sinon les 6 premiers jours ont été géniaux et j’en garderai un souvenir tendre. Et quelque peu alcoolisé… Les mojitos sont véritablement mon péché mignon de l’été… Enfin, je dis ça, j’ai toujours gardé les idées claires. La preuve, pas à un seul moment j’ai pensé flirter avec l’hôte airbnb portugais qui pourtant était pas mal branché sur moi.

C’était carrément sympa de partir comme ça, entre filles. J’ai pu mieux découvrir Bouh et me rendre compte qu’elle avait vraiment...grandi. Pas physiquement parlant, mais mentalement. Je l’ai trouvée bien plus épanouie même s’il y a tout de même eu un petit couac à un moment, mais justifié. Ça n’est jamais agréable d’être celle de la bande qui n’intéresse pas les mecs… Pour l’avoir connu auparavant, je sais que la sensation est déplaisante et peut suffire à faire perdre une bonne partie de la confiance qu’on a difficilement acquise. Non, pour le coup, c’est plus sa soeur qui m’a gavé par moment… La jeunesse… Je la comprends aussi, mais ça reste chiant…

Sinon avec Gwen j’ai un peu mis d’eau dans mon vin en lui disant qu’il arrêterait de fumer quand il le sentirait et du coup, ça se passe vraiment mieux. Il essaye d’être un peu plus patient avec le chat et il est beaucoup moins susceptible. Je déteste devoir passer outre mes principes fondamentaux, mais j’avoue que ça me facilite drôlement la vie. Et comme ça je passe pour une chérie vachement cool alors que, concrètement, ça me bouffe à l’intérieur. Mais bon, paraît que je suis une connasse rigide donc osef de ce que je ressens hein.

Et puis dans les faits, ça change rien au fait que s’il a un problème quelconque de santé lié à la clope, je me barre et il n’entendra plus parler de moi. Et je le regretterai parce que je l’aime vraiment, mais tant pis, j’aime pas le drame et la maladie, c’est du drama. Surtout quand on cherche comme ça.

Si encore ce n’était qu’occasionnel comme quand je bois de l’alcool, bon, je pourrais me faire une raison, mais là c’est tous les jours et plusieurs fois… Je ne comprends juste pas l’intérêt… Et après on va me parler de liberté, mais en quoi être accro à un truc est être libre ? Qu’on m’explique… Bref, les fumeurs n’ont que des explications fumeuses (c’est le cas de le dire) quant à leur addiction et en vrai, la seule chose à faire est d’arrêter. Les fumeurs sont cons en fait. Tout simplement. Je ne sais même pas pourquoi je continue de chercher le pourquoi du comment.

Le premier humain qui a eu cette idée est un sacré con. J’espère qu’il a eu une vie bien minable histoire d’équilibrer les choses.

Faut que j’arrête de parler de clope ici, ça m’énerve juste autant à chaque fois… Mais bon, je crois que ça me fait du bien de passer mes nerfs ici vu que je peux pas le faire en vrai. Faudrait que je vois James.

Weekend toute seule chez les parents, j’vais pouvoir me reposer comme ça, même si ça aurait été sympa d’aller chez les parents de Gwen pour voir Maxime et Kéké aussi. Mais là je crois que j’ai juste envie de glander toute seule. Le voir rouler ses clopes en permanence me stresse. Ça m’angoisse même. Je hais tellement le fait qu’il fume… Je sais même pas pourquoi j’ai dérogé à cette règle… Si jamais un jour je retourne dans le passe, je ne dérogerai plus à cette règle… C’est juste trop pour moi en fait…