La vie d'une Quiche

← Retour au journal

janvier 2020

27 ans

Ça faisait un moment que je n'étais pas venue ici. Je n'en ressentais pas le besoin. Ou plutôt, ce besoin n'était pas assez important pour que je surpasse ma flemme. Mais là, à l'aube de mes 27 ans, j'ai eu envie de passer par ici. Rien n'a vraiment changé je me rends compte. On a déménagé, j'ai acheté. Le Chéri ne travaille toujours pas et je dois avouer que même si j'essaie de ne pas trop y penser, ça me colle des angoisses, un certain désespoir et une rancœur lancinante quand je m'y penche trop. Alors, technique de l'autruche oblige, je n'y pense pas. Du moins, j'évite de (...)

Les voitures c'est de la merde

Depuis avril 2019, j'ai mon permis. Le seul soulagement que j'ai eu en l'ayant c'était de me dire que désormais, on ne pouvait plus me demander "Bon, quand est ce que tu passes ton permis ?". Faut dire que depuis mes 16 ans j'étais inscrite à l'auto école, enfin, la première n'a servi à rien. La deuxième m'a permis d'avoir mon code et la troisième, le permis. Il m'aura fallu 10 ans, mais j'ai eu et mon code et mon permis du premier coup. Je n'étais juste pas motivé. Du coup quand j'ai eu mon permis, je me suis dit que j'étais tranquille. Mais non. Une fois le permis en poche, (...)

Culpabilité

Je pensais ne pas vraiment être capable de ressentir de la culpabilité. Je crois que dans la majeure partie des cas c'est le cas, mais par contre, dès que ça touche à la famille, je me mets à m'en vouloir même pour des choses auxquelles je ne peux finalement pas grand chose. Je n'arrête pas de me faire des scénarii à base de "et si" et je me morfonds, tout seule dans mon coin. J'ai vraiment eu peur cette nuit et toute cette matinée pour ma sœur. Je me suis imaginée des trucs affreux. Et j'ai réalisé que la vie ne tenait vraiment pas à grand chose. La voiture est visiblement (...)

On respire un bon coup

J'ai eu Maman au téléphone avant le sport. Ça m'a fait du bien de l'avoir et qu'elle m'explique exactement ce qu'il s'était passé. J'ai pleuré. J'ai réalisé que l'accident était bien plus grave que ce que Sa' avait bien voulu me dire. Elle a tapé alternativement deux fois les rambardes de l'autoroute de chaque côté en voulant s'engager. Et quand la voiture défoncée a fini par s'arrêter, elle est sortie de la voiture, totalement hagard. C'est à ce moment là que j'ai pleuré. J'ai vraiment compris que j'aurais pu perdre ma petite sœur. Comme ça. Alors que 20 minutes avant on (...)

Titre

J'ai pas d'idée de titre donc voilà, je ferai avec celui-là. Le reste de ma semaine s'est mieux déroulé que le début. Je suis pas allée au travail mercredi, je me sentais pas bien et j'avais pas du tout envie de lutter contre mon absence de motivation totale pour aller bosser. Écouter son corps c'est important. Du coup je me suis fait une petite journée de repos avec le chéri qui a fait beaucoup de bien. C'est vraiment agréable d'avoir sa journée pour soi le mercredi. Ça coupe la semaine en deux, c'est cool. Quand j'aurais des enfants, je prendrai cette journée comme jour de (...)

Iron & Wine

Petit moment de nostalgie. J'ai retrouvé ce groupe sur Deezer et je me retrouve plongée au lycée. Au temps des forums rp. Souvent, ça me manque. J'étais tellement plus créative à l'époque. C'est même pas comme si le temps me manquait vraiment... Mais bon, les rps ont toujours été particulièrement chronophages pour moi. Je plonge dedans et j'arrive à en ressortir paradoxalement au moment où je suis submergée. Dès que quelque chose me prend trop de temps, j'arrête. Sûrement pour ça que je ne peux pas être accro à quoi que ce soit... Dès que ça devient trop prenant, je (...)

Une vie sans fatigue ?

J'étais en train de bailler au tr travail en pensant à la joie que j'aurais ce soir en retrouvant mon lit et je me suis posée une question : est-ce qu'il m'arrive de ne pas être fatiguée ? D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fatiguée. Petite, j'axcueillais avec joie les siestes à l'école. Le week-end et les vacances la grasse mat' était la meilleure chose possible. Ado je vivais la nuit pour dormir la journée. Au lycée j'allais me poser dans un petit coin au dessus du CDI pour dormir à même le sol. J'allais même régulièrement à l'infirmerie, prétextant (...)